Dimanche 22 mai 7 22 /05 /Mai 01:47

 

alexkrivtsovOn fait quoi, d'un homme qui se fout ouvertement
de notre gueule ? ... On lui demande comment elle
s'appelle, "ses collègues" ? ...


Petit message un soir sur Twitter, sous le coup des émotions. Enième absence de l'homme, énième message deux heures plus tard pour me dire qu'il ne rentre pas encore (j'avais deviné), énième sms flou, énième retour retardé, toujours un peu plus.

Ce soir-là, je préparais le repas, tout en faisant faire les devoirs à ma fille, sans oublier cet évier bouché ; démonter toute la tuyauterie, à cause des négligences accumulées par un homme un peu trop célibataire.
Ou bien, était-ce le soir où j'avais préparé un bon repas et j'attendais mon compagnon, en vain, sans nouvelles ? Ce n'était pas le soir où il n'a pas appelé (il avait "oublié" son portable) et est rentré à 20h30 après un début de soirée arrosé avec je ne sais qui...

Surtout ne rien dire, au risque de se faire traiter de jalouse. On ne peut pas lutter contre un tel argument méprisant, qui ne cherche pas à comprendre mais vise à culpabiliser pour avoir la paix. Mettre habilement l'autre en faute, c'est ce qu'il y a de mieux pour éviter de réfléchir à son comportement, et au pourquoi des émotions de "l'autre".

Je me suis habituée. Pourtant, certains soirs, ça me peine toujours, ou me met en colère.


Sûrement n'était-il pas avec une femme ; sûrement me fait-il porter le poids de ce sacrifice, d'ailleurs. Mon imagination qui s'emballe ? Non, il m'a clairement dit que ça arriverait. Je savais à quoi m'attendre, j'ai accepté. Je lui ai demandé de me dire, si un jour ça "arrivait", pour éviter de me "demander si... " et "que faire d'un homme qui..." , mais je sais qu'il n'en aura pas le courage. Alors, parfois, je doute. De moi plus que de lui, au fond, je crois. Quand il ne me touche plus, ne me dit plus "je t'aime", quand nous faisons l'amour une fois par mois, je me demande ce qu'il lui arrive, à mon soi-disant obsédé sexuel.

 
* * *

Que faire, d'un homme qui... ?
 

D'abord, on se jure de tout faire pour protéger sa confiance en soi que le chagrin menace de pulvériser...
... même s'il est difficile de se dire qu'on n'y est pour rien. Même si cette hypothétique "autre" a quelque chose que je n'aurai plus jamais : l'inconnu, la nouveauté. Même si l'homme n'a plus envie de rentrer le soir, passer du temps en ma compagnie. Même s'il trouve plus rassurant de séduire une inconnue, plutôt que reconnaître les qualités de celle qui veut vivre avec lui.

On se promet de ne jamais renoncer au désir. On commence à se demander s'il est possible de vivre avec un homme sans la magie du désir...
Il y a pourtant des jours où j'abandonne. Tout s'éteint, je n'ai plus envie. Mon corps ne veut plus qu'on lui fasse du bien. Faut-il être bien dans sa tête pour être bien dans son corps, ou l'inverse ? Désirer pour se sentir désirable, ou être désirée pour désirer à son tour ? Cercle vertueux ?

Dans le silence de la nuit... on offre l'envie de pleurer qui ronge le coeur
.
La nuit est mon refuge, mon nid, l'obscurité recueille mes tristesses, mes larmes, mes doutes. Il le faut.

L'absence d'envie de se caresser qui angoisse le ventre
...
Je ne ressens plus. J'ai juste mal au coeur. Ma peau est endormie. Le vide grandit, il prend paradoxalement toute la place. Je veux du vrai, un homme, un corps vivant, et chaud ; un partage. Pas ces sensations éphémères qui soulignent au final l'absence. Cette fameuse absence. Absence d'un Lui, absence d'envie.

La colère de comprendre ce qui se ment ; l
a rage de se sentir méprisée ...
Cette impression qu'il joue de mon amour, de ma confiance, de mon intelligence, de ma patience, est juste révoltante. De l'irrespect, même si cette attitude est conséquence de ses craintes.

Et tout ce qui submerge l'esprit, à ne plus savoir que faire d'un homme qui...
... à se demander si un jour, on trouvera un peu de sérénité.


 
En cas de mal-être insupportable, reprendre la plume. Ne jamais se taire de douleur.

Si difficile. Si dur parfois, de mettre les mots, de tout poser à plat pour entrevoir une
réponse, quelle qu'elle soit. Si compliqué de se détacher de ce qui nous fait mal, pour
accepter. Il faudrait que ma plume voyage vers des mondes fantasmés, plus légers,
pour un temps... changer ses idées, et toujours échanger.

Je me suis raccrochée à ces mots, ils sont restés, blottis au fond de moi, et doucement,
le silence est parti. L'envie d'écrire est revenue. Il y a ce lien, invisible.


* * *


bijou1
Quant à l'homme... admettons que ça ne soit pas pour une femme. Et quand bien même...

Je voudrais savoir ce qui l'éloigne de moi, de son foyer. Il n'a pas envie de rentrer, me retrouver... Il a envie d'ailleurs.

Il est absent.

 

 

Publié dans : Douceur émoi - ~ Découvrir les 9 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Mercredi 11 mai 3 11 /05 /Mai 01:34

 

[ J'ai commencé cet article le 30 mars, juste après ma série de photos du printemps.
Depuis, il y a eu du mieux, des rechutes, de la tendresse, des maladresses.

Je crois que je suis arrivée au bout de ma patience, ce qui ne facilite rien. Pourtant, j'ai
encore envie d'y croire, et j'ai donc hésité à publier ce billet. Mais ces questions restent,
là, au fond de moi. Elle referont surface, tôt ou tard, certainement.
]

 

* * *

 

lumierePasser du coq à l'âne, et du corps à l'âme...
Après des photos flirtant avec ma limite de la décence, passons à la limite de mon indécence.

La transition ne peut pas se faire. Pourtant, il y a une explication.

Ces clichés, une ultime tentative d'alléger mes maux, d'avancer malgré tout ; des apparences cachant les tristesses. Par contre, mes mots sont lourds. Lourds de sens, lourds de souffrances.

 

Désespérée ? Plus maintenant.
Désabusée, certainement. À force de s'éloigner pour ne pas avoir mal, on finit par prendre une réelle distance, et faire un constat froid de son couple.

 

*

 

      Pourquoi moi, pour lui ?
Etait-ce une sorte de contrat tacite ? Il voulait un enfant, je voulais un bébé. J'ai fait une fausse couche, il m'a laissée seule avec mes souffrances. Il ne les a pas comprises, il a rejeté mon droit à la tristesse. Je manquais de dignité. Je m'apitoyais.

 

Lui, qui m'accuse de ne pas "aimer les gens", se détourne de ceux qui ont mal. Ces personnes-là "ne l'intéressent pas". Lui, ne se demande jamais quelles sont les émotions, les questions, les états d'âme, de celle qu'il dit aimer. Lui, ne voit pas, ne sent pas, quand elle pleure. Lui, ne compte sur personne, et en déduit donc qu'on ne doit pas compter sur lui. Il m'ignore, il s'échappe. Fuite en avant, fuite dans le monde virtuel, fuite dans les artifices. Fuite.

 

Fuite en étant ailleurs. Rentrer toutjours un peu plus tard du boulot, doucement, tester. Prévenir de plus en plus tard, puis arrêter de le faire. Laisser dans l'attente, les silences. Une façon de me dominer ? Consciente, ou pas ? Ou juste une façon de revendiquer sa liberté ?
Il sort, je ne sais où, ni avec qui. Il ne dit rien, je ne demande pas, et je ne saurai jamais. J'attends. Je suis en situation d'infériorité.
Je lui ai donc clairement dit qu'il ne me respectait pas, n'avait aucune considération pour moi ; il a trouvé que j'exagérais, et a saisi l'occasion pour dire "si je ne suis pas le bienvenu ici, je repars". Prétexte encore pour s'échapper, ne pas s'investir ! Moi, j'étais la femme docile, qui avait préparé un bon repas (trop cuit). Pas le bienvenu ?! Est-il stupide, ou aveugle ? Juste de mauvaise foi ? Il m'a mise en colère, et je sais que ces accrocs, mis bout à bout, usent mon amour de lui.

 

Il se lasse de moi, du quotidien, mais ne fait rien pour le changer. Il préfèrerait là encore l'escapade, vers la nouveauté, toujours plus stimulante et tellement plus facile, qui éveillerait sa curiosité, ses désirs. La routine, la fatigue, usent notre couple. Je suis, ou plutôt j'étais, celle qui écrivait des textos juste pour dire "je t'aime", envoyait des mails ou des photos. Celle qui faisait des cadeaux, sans occasion. Lui, il est celui qui n'ouvre pas lesdits présents, et laisse trainer. Qui prétexte que la Saint Valentin est commerciale, alors qu'avec un peu d'imagination (et il en a quand il veut) il pourrait en faire une journée juste pour me rassurer, me dire qu'il me regarde toujours, me trouve attirante et m'aime malgré tout. Essayer un brin d'originalité, me montrer que je le mérite. Me séduire, encore. Me faire comprendre que je ne suis pas acquise.

 

Devoir conquérir est stimulant. À quoi bon me (re)conquérir ? Il a fait le tour de "moi".
Je suis disponible. Je ne me refuse jamais à lui (lui, si, par contre). Suis-je trop disponible ? Eveiller sa jalousie, une solution ? Non, il trouverait là le prétexte idéal pour faire ce qui le travaille depuis toujours : séduire des femmes pour une soirée, voire quelques après-midis.

 

*

 

      Sommes-nous devenus deux inconnus, qui nous connaissons trop pour vouloir se re découvrir, se re séduire ? Il y a des jours où je m'éteins. Mon corps s'assèche ; la tête a envie, mais le corps ne suit plus. En ai-je trop fait ? Je me suis trop offerte.
Je suis peut-être allée plus loin que lui, au final, dans les fantasmes de notre couple. Etrange à dire, car j'ai joué le rôle de la soumise bien souvent. Mais... c'est finalement moi qui ai pris l'initiative de tous ces accessoires, qui lui ai offert de quoi me menotter, me ligoter, me fouetter, me tenir en collier. C'est moi, la cire, les bougies... et la lingerie. S'est-il senti dominé par mes envies, alors qu'il en a toujours été l'initiateur, au fond ? C'est grâce à lui si j'ai osé tout ça, que j'ai voulu partager. Grâce à la confiance en lui. En nous. En a-t-il fait une sorte de devoir d'homme, pour satisfaire sa femelle ? N'arrive-t-il plus à y trouver son propre plaisir ?

 

Que signifie un couple, pour lui ? Que veut dire "aimer" ?
Ce n'est pas (ce n'est plus) profiter du temps avec l'autre. Ce n'est pas discuter. Ce n'est pas passer nos repas ensemble (nous n'avons pas le temps de parler. Il n'aime pas "perdre son temps"). Ce n'est plus faire l'amour régulièrement, partager des moments forts. Ou ça l'est si rarement... que j'en viens à regretter l'époque où nous étions juste amants.

 

Il a peut-être envie, de vivre en couple. Je crois surtout que l'âge aidant,  il se sent obligé, s'il veut un enfant, de faire ce sacrifice de la vie à deux. Il va, il vient, à sa guise, il vit sa vie sexuelle en solitaire, si souvent. Je me tais, mais il se sent prisonnier. Mon existence même est une entrave à sa liberté. Juste savoir qu'il devrait considérer ma présence, mes émotions, mes sensibilités.
Il n'est peut-être pas capable de vivre à deux (ou trois, voire quatre), même s'il le souhaite. Il ne connait plus les bases minimales d'un couple, étant trop célibataire dans son âme. Il fait des efforts, difficiles pour lui, pour des choses qui devraient venir naturellement. Tout est contrainte, pour cet homme. Je suis devenue contrainte. Et ça m'attriste.

 

S'investir lui est donc difficile. Peut-être pour lui une façon de rester jeune, libre. Mais l'immaturité ne signifie pas jeunesse. Ne pas faire de projets, ne pas trop s'engager, ne pas participer. Trouver d'autres centres d'intérêt, certes plus enrichissants personnellement. Dire à l'autre que ce qu'il fait, c'est pour lui (elle ; moi).
Je suis une femme. Je suis celle qui s'occupe de la plomberie, de l'électricité, à cause de son laisser-aller, dans un appartement qui part en morceaux. Je suis celle qui gère tout le quotidien, et l'éducation d'une enfant. Seule. Je le fais "pour moi", selon lui, donc je n'ai à attendre aucune aide ou remerciement de sa part, vu qu'il s'en fiche. Facile, n'est-ce pas, de se déresponsabiliser de tout ? Aucune reconnaissance, aucune gratitude.

 

*

 

      Mais que penser d'un homme qui vous bouscule quand vous faites une fausse couche et n'est aucunement un compagnon ? Ne prend pas de nouvelles quand vous passez des examens de santé ?  (Une autre mammographie m'attend pour dans quinze jours. J'essaie de ne pas y penser.) Que penser d'un homme qui refuse toute démonstration du sentiment amoureux, ou presque ? Prend-il ça pour un signe de faiblesse ? Qui ne saisit pas les occasions de vous rappeler qu'il vous aime ? Veut toujours être ailleurs ? Ignore la vie du foyer ?
Que penser d'un homme qui vous laisse emménager chez lui, sans bouger le petit doigt ? Juste de la paresse, de la maladresse ?
Gérer le quotidien, et en parallèle bouger TOUS les meubles, seule. SEULE. Buffets, commodes, bibliothèque, clic-clac, bureau, tables... Même pas un peu de reconnaissance pour sa tranquilité. Ingratitude, silence, ignorance. Je suis perplexe. Que se passe-t-il en lui ? Pense-t-il que je vais repartir ? Ce n'est que temporaire ? N'a-t-il pas réellement envie que j'emménage "chez lui" ? Est-ce une obligation, là encore, pour avoir une vie de famille, selon lui ?

 

Que penser d'un homme qui a des comportements déroutants, déstabilisants, incompréhensibles?
En soirée, devant moi, il fait mine d'hésiter avant d'accepter de fumer. Il m'a certifié maintes fois qu'il ne ferait pas d'effort pour moi (ce que j'apprécierais, pourtant). Donc, à quoi joue-t-il ? Pense-t-il sincèrement que je ne sais pas, toutes les fois où il fume avant d'arriver à la maison, ou en cachette avant de se coucher ? Ou cherche-t-il sournoisement à me discréditer auprès de ses amis, en me faisant passer pour la femme castratrice ? J'ai bien peur que la réponse soit là. Même comportement quand il sort, ses amis ont l'air de penser (à cause de lui) que je suis une chieuse, alors que je n'impose rien, et j'attends bien sagement à la maison (ce qui déplait à monsieur, aussi, ça donne une mauvaise image de lui).
Je le brime, parce que j'attends un peu de considération et de respect ? (me prévenir quand il sait qu'il ne sera pas là. Me retrouver seule d'un coup, alors que cinq minutes avant je pensais faire un repas en amoureux, est assez pénible et frustrant, surtout quand lui savait très bien qu'il sortait, mais n'a pas daigné me dire.)
Mais même ça, je m'habitue. Par contre, je me détache, aussi.

 

*

 

      Je perds toute confiance, toute sérénité. Je n'arrive plus à me projeter avec lui, toute une vie. Pourtant, j'aimerais. Je me sens seule. Je vis seule, mais sans les avantages du célibat. Par ses silences, mon homme ne me rassure en rien, ne montre aucun signe d'intérêt ou de bonheur à mes côtés.
Je fais face à la violence de ses mutismes, à l'agressivité de son ignorance, et j'ai l'impression qu'il n'est même pas heureux.
Maladresses, sournoiseries, lâcheté ou désamour, je ne sais pas... ou un peu de tout ça.
J'ignore, si je dois espérer.

 

J'ai bien du mal à comprendre l'homme... 

 

* * *


Pour en revenir au début, j'aimerais que mon blog ne soit pas que questionnements sur l'existence d'un couple, le désir, l'amour... J'aimerais qu'il soit plus léger. Je m'y efforce, mais parfois, j'ai envie d'abandonner la partie.
Pourtant, je suis toujours là, même dans les silences.

J'ai conscience que mes écrits prennent des directions assez radicalement opposées, mais après tout, ça me correspond. C'est la vie, avec ses hauts, ses bas, ses contradictions.
J'ai peur, aussi, à la longue, de vous lasser. Mais ces mots vous expliqueront peut-être un peu pourquoi je n'ai pas le coeur à écrire de l'érotisme, quand toutes ces questions sont là, bien ancrées en moi, silencieuses, lourdes et effrayantes.

 

 

Publié dans : Duo de caresses - ~ Découvrir les 16 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Lundi 2 mai 1 02 /05 /Mai 03:33

 

upside downCertains  jours, les phrases enfantines et toutes innocentes donnent naissance à des regards complices entre adultes et à quelques fou-rires mémorables. Vu l'âge, il n'y a pas de doutes, ces mots sont prononcés sans arrière-pensée. Nous, grandes personnes, sommes des êtres absolument pervertis...

 

 

Cet après-midi, ma fille joue avec le chat : « Oui, vas-y, donne-moi des coups de queue ! »
Ne pas pouffer de rire. Respirer. J'ai eu beau tenter d'orienter vers un « non, c'est un chat, des coups de patte, c'est mieux » en gardant un air naturel, rien à faire.

 



Il y a quelques jours, suite à une plaisanterie que j'avais faite, elle pose sa main sur mon front, l'enlève, garde le silence deux secondes, puis : « Oh, oui, t'es chaude ! »
Elle voulait bien sûr parler d'une prétendue fièvre qui me ferait délirer, n'allez pas imaginer autre chose. Moi, je n'ai absolument pas pu garder mon sérieux, vu son intonation. L'homme derrière moi, non plus.

 

 

Un peu à part : l'an dernier, pour la première fois de ma vie de mère, je sors de la salle de bains pour aller chercher un vêtement à la chambre... en string. Et bien sûr, ma progéniture se trouve accidentellement sur mon chemin. J'ai eu droit à un beau « Mamaaaaaaan t'as mis ta culotte à l'envers ! » quand elle a vu mon postérieur dépourvu d'étoffe.  Je n'ai plus jamais pris le risque qu'elle me croise dans cette tenue. Jamais. Je préfère encore m'enrouler dans une serviette pour lui éviter de penser que sa mère ne sait pas s'habiller. ;)

 

 

L'été dernier, alors que nous goûtions ces glaces Magnum Temptation Chocolate (tout un programme, n'est-ce pas ?) et mangions en silence, absorbés, elle nous a déclaré : « c'est  *******  qui a la plus grosse ! »
Arrêt sur image. Expression d'étonnement extrême. Risque d'étouffement avec les petits morceaux de brownie / chocolat noir /  éclats de chocolat blanc / sauce chocolat. Elle parlait bien sûr de la glace de mon homme.


Tant que nous y sommes, voici l'animal (non, pas celui de l'homme ! L'autre ! Mais voyons... J'ai bien une photo, qui me plait, mais sans l'autorisation écrite de l'être viril, je ne peux pas... désolée. Pourtant, j'aimerais, faire des photos de lui, de nous... de belles photos) :


 

 temptation          temptation box

 

 

C'est quand même clairement sexuellement orienté, non ?
Avec sa belle boîte, son nom, sa forme...
Ça me fait penser à un sex-toy.

 


Publié dans : Douceur émoi - ~ Découvrir les 8 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Mardi 26 avril 2 26 /04 /Avr 17:45

 

menottesfer07Mon soixante-neuvième billet.
Je me devais de marquer le coup, n'est-ce pas ?

 

Alors voici diverses créations, quelques jeux : avec les nombres, les photos, les couleurs, les mots, les lettres, les sons, les rimes... et je me suis amusée avec certaines alliances, pour des résultats variés... encore et toujours, à mon image, à mon imagination. 


J'aurais pu aussi vous dire que 1969 est l'année où on a marché sur ma la lune pour la première fois ; que la position 69 du kamasutra est apparue en Europe en 1883 ; que par opposition, on nomme parfois position 96 l'absence d'activité sexuelle de deux personnes dans le même lit (ce n'est pas faux... je pratique ; mais la position des petites cuillères, en 99, apparaît la nuit, quand l'homme dans son sommeil cherche le contact et la tendresse, malgré tout). En 99, ou plus diabolique, en 66 ? (Non, le plus démoniaque serait du 666, signifiant trois personnes...)
C'est aussi, dans la Bible, le nombre de crimes commis par Abimélek contre ses soixante-dix frères, soit soixante-dix moins un car l'un d'eux s'échappa ; de plus, le verbe "paître" est employé 69 fois dans ladite Bible. Passionnant, non ?

Et pour finir, j'ai hésité quant au titre et à son orthographe. Ici, je l'écris donc « soixante n'oeuf » en espérant que vous avez passé de joyeuses Pâques !  (J'aurais évité le pluriel, pour un souci de sonorité, et puis ça me donnait trop envie de faire un jeu de mots avec soixante n'oeufs et soixante noeuds... On m'aurait traitée de gourmande, après !)
(Vous êtes priés de pardonner mes rimes en "neuf" et "euve"... Je n'ai pas choisi le plus simple.) ;)

 

 

 

« Si l’addition qu’on vous donne à faire produit le nombre 69,
ne vous roulez pas de rire comme une petite imbécile. »


Pierre Louÿs ~ Manuel de civilité pour les petites filles à l’usage des maisons d’éducation, 1926.

 

* * *

   

~ Bluff & circonstances aggravantes ~

 

       Savourer cette troublante attente

         Obéir et pourtant se faire intrigante

            Imaginer des heures subtilement indécentes

             X en lettre provocante, ma croix flamboyante

               Avec délice, la morsure du fouet me tourmente

                 Nuits scintillantes ou émouvantes qui enchantent

                    Tes mains brûlantes pour toutes ces variantes

                      Et moi sous le plaisir, essoufflée ou frissonnante...

 

 

        Nuances, colorez mon amour et ma confiance. Aux courants de ces fleuves

     Espérons ces nectars ; de nos désirs, de nos vertiges ils sont la preuve 

  Un voyage tout en confidences, une évasion pour un regard neuf 

Fabuleuses fantaisies qui dans ces draps froissés m'émeuvent.

 

© Ombres & Caresses                     


 

 

theme69

 

 

 

Et je veux être...

scintillante confiante souriante
balbutiante inconsciente (im)patiente
confidente ardente bandante fondante
rayonnante imprudente mordante
attachante craquante
rafraîchissante
élégante intrigante ensorcelante
provocante affolante affriolante
brûlante insolente stimulante
tremblante cinglante époustouflante
étincelante aimante
vacillante
ruisselante suppliante troublante
entreprenante passionnante
étonnante frissonnante ronronnante
exigeante attirante charmante
indécente (dés)obéissante puissante
glissante gémissante ravissante
rougissante renversante excitante
envoûtante réconfortante émouvante
vivante euphorisante séduisante
amusante apaisante
déroutante
clairvoyante émoustillante pétillante
croustillante intimidante évidente
aguichante
surprenante désarmante

 

69 (dé)raisons de
respirer, désirer !


*

 

menottesfer13b

 

 

Publié dans : Murmures & plumes - ~ Découvrir les 8 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Mardi 19 avril 2 19 /04 /Avr 14:17

 

         À l'ombre de mon ombre...
                                ... à la recherche de mon humour, de mon amour.

Je cherche à être émue.                             
Où ai-je disparu ?                


 

wantedpostera

 

 

 

Partie pour fuir l'influence de la pleine lune ? Trouver mes réponses ? Faire renaître
mon côté animal ? Vivre la nuit et tenter d'échapper à mes démons ?

 

werewolf2

 

 

 

Ou bien, me suis-je carrément échappée dans un autre monde ?     

 

xfiles2

 

 

Et si j'en paye le prix... Dois-je en payer le prix, d'ailleurs ?             

                 Qui saura me ramener, me faire captive consentante ?

 

 

wanted3

 

Il reste une petite lueur...

 

 

Montages photos avec clichés inédits © Ombres & Caresses.

 

Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 9 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Lundi 18 avril 1 18 /04 /Avr 09:05

 

Un billet express pour sourire un peu. Un brin de futilité, j'en suis consciente...
pour me changer les idées. Un autre article a du mal à venir au monde.

 

  *


Regarder les statistiques de mon blog m'a souvent amusée. Par exemple, ma série photos du printemps m'a amené beaucoup de visiteurs, qui ne sont pas pour autant sortis de l'ombre avec un petit commentaire, revenus par la suite, ou devenus fidèles.
Depuis juillet 2010, date de création de ce lieu, 24.500 pages ont été vues, dont 4.900 au mois de mars (mois record) ! Ce qui laisse en moyenne pour les autres mois, 2.450 pages par tranches de 30 jours : la moitié (j'ai arrondi les chiffres à moins d'une dizaine). La journée record depuis le début d'Ombres & Caresses ? Le 19 mars dernier. 

 

Ceci dit, je préfère la qualité à la quantité. Faire du chiffre (et ce, dans divers domaines) ne m'intéresse pas...

 

 

Passons aux dernières recherches :

 

lapsus

 

 

Beaucoup de personnes se rappellent de "moi" par l'association de l'ombre et des caresses, ce qui me laisse supposer que j'ai peut-être bien choisi le nom, sur un coup de tête qui me correspondait.

Et la recherche "ombre te caresse" ? Un lapsus ? Sûrement juste une faute de frappe, mais une qui m'a séduite.



Quant au reste...

 

O&C Art or Porn... Alors, suis-je artistique ou pornographique ? ;) Non, je crois avoir deviné d'où peut venir cette recherche, et il s'agit d'un site ajouté en lien dans la colonne de droite du blog.

Orgasme crémeux en solo : ah... féminin ou masculin ?

Caresses et tire-langue ?! Quel est cet accessoire étrange ?

Celui venu chercher des photos de couples masqués à Venise (ertotic) a dû être déçu. (mais il a quand même cliqué !)

Sans parler de "broderie Venise blog" ! J'imagine le choc d'une petite mamie se voulant moderne, et allant sur internet à la recherche de modèles de point de croix pour occuper ses prochaines soirées au coin du feu.

Ça y est, les urophiles avec couches arrivent. J'ai vu quelques photos de jeunes femmes, ou d'hommes, en couche, et... non, je ne pourrai jamais. Ça me rappelle trop mon après-accouchement, avec ces culottes jetables en filet mochissimes, et ces paquets cauchemardesques de coton fournis par la maternité, en guise de serviette hygiénique pour géante. Ça me rappelle aussi douloureusement ma fausse couche. Conclusion : la couche, un fantasme qui ne passera pas par moi.

Concernant "perte anale", je suis restée... perplexe. J'ai même regardé les pages de résultats de Goût-Gueule, pour "me" trouver, et j'ai fini par renoncer, perdue au milieu de tous ces liens plus  immondes les uns que les autres. ;)

 

 

Par contre, je suis très déçue, j'aurais dû faire une capture d'écran avant. "Ma femme m'attache à la maison c'est une vraie salope" et "manger détritus pratique sexuelle" ont disparu de ma liste. (Ce n'est peut-être pas plus mal, ceci dit ?)



En conclusion, je dirais qu'Erog attire moins de monde que Canalblog, chez qui j'ai un autre blog (sage) et où les recherches sont nettement orientées vers le sexe sous toutes ses formes (alors que je ne suis pas du tout dans une catégorie "adultes"). Ceci dit, je trouve très appréciable qu'Erog n'ait pas de publicités imposées ; les vidéos pornos et les pop-ups qui ponctuent les blogs C.Blog en deviennent dérangeantes, parfois...   

 

 

Publié dans : Douceur émoi - ~ Découvrir les 3 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Dimanche 17 avril 7 17 /04 /Avr 04:23

 

portraitfsQuelques phrases cette nuit... je suis encore là, malgré les silences.
J'ai tenté la légèreté, pour oublier les tristesses ; je n'ai même plus l'envie de ça. Je n'arrive plus à écrire. Période sans mots, pour faire le point, pour retrouver le désir.

 

Dans l'ombre, je suis toujours là. Sous les caresses imaginées des nuits solitaires, je n'ai pas encore renoncé.
Dans l'ombre et sous les caresses, j'ai étoffé la colonne de droite de ce blog. Quelques photos, quelques détails sur ce que je suis. Qui suis-je, cachée derrière mon objectif, dévoilée par mes écrits ? Vous (re)trouverez donc :

 

• Quelques photos, rajoutées ;
• Deux paragraphes, en forme de « j'aime » et « je n'aime pas » ;
• Mon Twitter, pour quelques pensées confiées en 140 lettres maximum ;
• Quelques pages, pour "créer des liens" ;
• La newsletter : n'hésitez pas à vous inscrire ;
• Mon Facebook, pour vous tenir informés des dernières parutions d'articles ;
• Une présentation du blog, de l'auteur, etc ;
• Un index de mes billets, pour vous promener d'une autre manière...

 

* * *

 

Et je vous laisse avec une très émouvante et frissonnante chanson. Un piano, deux belles voix qui se marient parfaitement dans la douceur, un mélange touchant de mélancolie et d'apaisement. Des paroles qui disent tellement mieux que moi...

 

               Le visage plongé à Terre - Clore un instant ses paupières - Pour chercher
               ce qui nous éclaire - Le temps d’entendre - Juste un peu de silence...



*

 

Tout ce vacarme
Taché de larmes
Jusqu’au bout désarme

Tout n’est pas dit
À peine décrit
Tiré de l’oubli

Le temps de dire
Le temps de taire
Le temps de faire juste reconnaissance
Le temps d’entendre
Juste un peu de silence

Rien d’important
Que l’essentiel
Une mesure absente

Un rien laissé
À la portée
D’une vie impuissante

Le temps d’écrire
Le temps d’entendre
Le temps de faire juste reconnaissance
Le temps d’entendre
Juste un peu de silence

Le visage plongé à Terre
Le visage plongé à Terre
Clore un instant ses paupières
Pour chercher ce qui nous éclaire

Pendant ce temps
Le temps s’enterre
Le temps de faire juste reconnaissance
Le temps d’entendre
Juste un peu de...
Juste un peu de silence.

 

 

 

~

 

Publié dans : Douceur émoi - ~ Découvrir les 6 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Mardi 5 avril 2 05 /04 /Avr 04:00

 

menottesfer02Mon quotidien est actuellement rythmé par des cartons que je trie. Ranger et emménager enfin avec mes affaires, chez Monsieur, tenter d'en faire un chez "nous", doucement. J'ai ramené un peu de mon ancienne vie, et j'épure.

J'ai changé, assez radicalement. Grâce à mon amant, je me suis découverte telle que je n'aurais jamais osé m'imaginer. Inconcevable, tout simplement. Il m'a longtemps donné confiance en moi (tellement dommage que ça soit pour me la reprendre par son ignorance)... Dans ses regards, je savais que j'étais belle, intelligente, désirable.

 

Je suis tombée sur des menottes en métal, modèle avec la fourrure douce, et ça m'a fait sourire. Par contre, je n'ai plus les clés (faudra faire attention)...
J'ai alors innocemment posé les anneaux (sans la fourrure) sur mon oreiller, juste pour voir si l'homme les remarquerait en allant se coucher. Il les a remarqués. Il m'a regardé avec des yeux pétillants, et un joli sourire (que je lui vois trop rarement, mais qui me fait fondre). M'a dit que c'était... intéressant. Puis m'a précisé qu'il préférait quand même les bracelets de cuir (moi aussi, je les trouve nettement plus sexy, plus agréable dans le maintien solide).

menottesfer08


Ces menottes ont été un de mes tout premiers achats, il y a quelques années. Avais-je déjà ces fantasmes de "contrainte", de domination, sans même le savoir ? Pourquoi cet achat ? Je ne sais même plus trop. Je me souviens juste que le trop peu d'essais (le singulier serait correct) tentés avec l'amant du moment, n'avaient mené à rien d'érotique et d'excitant réellement. Mal à l'aise avec le scénario, en fait, un homme sans envie réellement dominante, avec sûrement la crainte de paraître supérieur, violent ou méprisant. Et moi, entravée, empêchée. Frustrée.


 

 

Ensuite, j'ai rencontré un homme qui a osé, qui en avait le désir, surtout. Il voulait me faire découvrir d'autres plaisirs, et la confiance nous a aidés à ne pas avoir peur. J'ai aimé la soumission, car je pouvais m'abandonner au maître et à la jouissance. Impossible de leur échapper... juste me laisser faire et obéir. Et surtout, exacerber les autres sens, privée du toucher. Profiter. Désirer. Lâcher prise, me dépasser. Etre contrainte à aller loin, et y trouver la liberté de tout oser avec lui.

Il n'a même pas besoin de m'attacher réellement. Un "les mains dans le dos" suffit, mais j'aime aussi être véritablement maintenue, prisonnière. Il y  a quelques mois, les bracelets de cuir avaient cédé sous la puissance de mon orgasme. Du métal pour des menottes, ça parait plus solide...

« Intéressant... »

 

* * *

Ce matin, j'ai pris quelques photos, pour illustrer ce billet. Tout en simplicité, sans préparatifs, en gardant mes sous vêtements du jour (rouges)... Retardateur, appareil juste posé sur le lit. Essais couleur, et noir et blanc. J'avais également dans l'idée de faire quelques clichés avec ma nouvelle nuisette, dentelle très légère et transparente... mais ça sera pour une autre fois.
J'ai aussi terriblement envie, depuis, d'enfiler ladite lingerie, de donner les menottes à mon homme, et de lui dire "je veux que tu m'attaches"... Etre obéissante, vivre des moments forts, être bousculée dans nos habitudes, notre routine, pour passer une nuit torride...

 

Je vais y réfléchir, et trouver comment parvenir à mes fins.

 

* * *

 

 

  menottesfer01

 

 

 menottesfer05                        menottesfer10


 

                    menottesfer03



* * *

 

Et qu'il me prenne animalement, comme ça...
Qu'il tire mes cheveux, qu'il morde mon cou, qu'il bloque mes poignets...

menottesfer09



À suivre... ?


Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 10 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : Photos érotiques
Lundi 4 avril 1 04 /04 /Avr 02:22

 

douche5Je sais, c'est un étrange titre.
Je sais, ce n'est pas érotique, dans ce contexte (enfin, moi, je ne trouve pas).
Je sais, c'est dérangeant. Pour le glamour, on repassera...
Je sais aussi, je vais attirer tous les déviants de la blogosphère.  ;)  (Non, quand même pas, et puis, s'ils veulent me donner leur point de vue, je prends, après tout...)
Positivons, c'est une façon d'aborder le sujet, après tout, même si elle est spéciale, je vous le concède ! ;)

 

                   Mais ça fait un moment que ça me... turlupine. J'aurais besoin de vos réponses, messieurs. Mesdames aussi, si vous êtes sûres des habitudes viriles de votre / vos compagnons (ou si vous pratiquez ? Et que votre homme nettoie, avec les effluves dans le nez). Vous n'êtes bien sûr pas obligés de commenter (ou juste le seconde partie ?), si ça vous met mal à l'aise. Ceci dit, un complément d'information pourrait me permettre d'accepter (ou pas), et de déterminer à quel point je suis coincée, comme fille. J'ai besoin de savoir si je suis totalement naïve, ou bien psycho-rigide (comme on me l'a déjà dit)... ;)

 

Je m'assois sur le divan, et je commence ma thérapie. Accrochez-vous.

 

 

Jusqu'à 3 réponses possibles



J'ai habité avec quelques hommes (non, pas tous en même temps ! voyons). Tablons sur six "partenaires", pour une cohabitation allant de sept mois à sept ans. Et jusqu'aux deux derniers, aucune constatation de douche dorée (au sens propre du terme, un peu) !

 

Actuellement, j'ai droit à « c'est stérile, c'est propre » (stérile, ça ne l'est plus dès que "ça" voit le monde extérieur, ceci dit, vu le nombre de bactéries qui se promènent).
L'odeur que je sens en entrant dans la salle de bains, remplaçant les parfums de gel douche, de propre ? Il ne la sent pas. Les joies des fumeurs, je suppose. Le fait que la baignoire se bouche, donc il se "lave" dans 5 cms d'eau jaunie ? Ça n'a l'air de déranger que moi, comme concept. Réaction typiquement chieuse féminine ?

Je me tais, et je fais le ménage ? Ou j'ouvre ma gueule d'amour, et je vais aux devants de réflexions sur mon côté maniaque ? J'ai déjà fait quelques remarques, mais... 

J'opte pour l'option sadique, et je lui propose d'aller se laver les mains dans les urinoirs publics ? Après tout, c'est stérile, non ?
Non ? Ah, bon. Je suis le mal, je sais.
Je lui demande ce que la réciproque lui ferait ?

 

* ° *

 

uro4 fs1Ayant déjà abordé le sujet "uro" avec lui, ça ne l'attire pas. Il m'a dit de faire ça avec mon amant. Je n'ai pas trouvé d'amant urophile ; bon, d'accord, je n'ai pas cherché non plus. (Non, je ne cherche pas d'amant, urophile ou pas... inutile de m'envoyer vos candidatures !) ;)

Je peux très bien lire un récit érotique avec ce thème-là, sans que ça me dérange. Selon l'écriture, le contexte, les connivences, ça peut me plaire, même. En vidéo, je n'irai pas rechercher activement ces scènes, mais j'en ai vues des spontanées, sous le plaisir, et je n'ai pas été choquée.


Dans l'idée, cette pratique ne me rebute pas non plus. Elle est selon moi l'exemple de la confiance absolue, de la complicité extrême, du rejet de tous les tabous, de l'abandon total. Mais quand elle est faite avec le consentement de chacun, et en toute connaissance de cause. Quand c'est un jeu, quand c'est ludique. À partir du moment où c'est fait en solitaire, sans connotation sexuelle particulière, sans l'accord de l'autre, sans désirs... le côté simplement hygiénique reprend le dessus.

Monsieur veut que je fasse autre chose que ces basses tâches méprisables ? Il s'arrange pour m'éviter une dose supplémentaire de travail, alors, s'il me respecte un tant soit peu.
Ou alors, on tente de faire de cet... épanchement, un acte complice. La photo que j'ai retouchée en "dessin" (pour adoucir l'image crue) a quelque chose d'érotique et de fort, je trouve ; entre autres, les deux mains sur la fesse de la femme, et l'élan de pénétration, qui accompagnent la libération du liquide chaud.

Et vous ? Attirance, dégoût ? Expériences vécues ? À donner, ou à recevoir ?
... Des sites ou des témoignages instructifs à ce sujet ? (Sait-on jamais...)
Est-ce une pratique liée au BDSM ?

J'ai lu quelques textes, notamment sur « le zèle du désir ». Voici un exemple de jeu, de complicité, liés à une domination... Celui-ci, sur un autre blog, est "mignon" et traduit bien l'aboutissement de la complicité, arrive même à en faire un acte à la fois étonnament simple, et fort.

 

* ° *

 

Terminons sur une note poétique. L'urophilie est aussi appelée "ondinisme". Je viens de l'apprendre (il faut toujours s'instruire), en faisant quelques recherches. C'est joli, ça. Ondine est une nymphe des eaux, dans la mythologie germanique.


 

« Les ondines, à l'inverse des sirènes, ne fréquentent pas la mer, mais les eaux courantes, rivières, fontaines, et n'ont pas de queue de poisson. Elles aiment se tenir assises sur la margelle des fontaines, et peigner leurs longs cheveux. Elles aiment également se baigner dans les cascades, les étangs, et les rivières, à la faveur des jours radieux d'été. On dit que celles qui ont les cheveux couleur d'or possèdent de grands trésors qu'elles gardent dans leurs beaux palais immergés.

On attribue l'alimentation en eau des fontaines aux larmes des Ondines, et celles-ci se tarissent dès qu'une fée se sent offensée. Ainsi, il est de coutume de laisser diverses offrandes auprès des fontaines, tels que guirlandes de fleurs, épingles ou tessons de bouteilles, qui sont pour les fées des eaux, de véritables trésors scintillants et miroitants dans l'eau. » 

 

Source Wikipedia ~       

 

 

Publié dans : Douceur émoi - ~ Découvrir les 13 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Vendredi 1 avril 5 01 /04 /Avr 16:36

 

          ... Ou l'art de prendre ses désirs pour des réalités.

 

treatment2Matinée.
Homme ensommeillé, allongé sous les draps, sur le côté, me tournant le dos.

Mes lèvres se sont posées sur son épaule, puis ont suivi la courbe passant par son cou, menant à son oreille. Embrasser sa peau, respirer son odeur, chaude et endormie.

 

Il m'a dit « encore... »

 

* ° *

 

Il change de position, et passe sur le dos. Encore perdu dans la brume de sa nuit, il me demande quelque chose. Je l'oblige à répéter :

 

- Pardon ?!
- Masse-moi partout...
- Ah. J'avais entendu "lèche-moi partout"...

 

Regard furtif ; lueur qui m'explique en une seconde à quel point mon esprit est perverti. Il l'a pensé, je le sais ! Réveil, fin des rêves innocents. (Lui, innocent ? ;)  À d'autres...)
Alors, pour me donner une contenance :

 

- Et le "s'il te plaît" ? (Oui, ça fait deux fois, là. Quid de la politesse ? ... Moi, pas crédible ?)
- Masse-moi partout... salope.

 

Deux sourires (chacun le sien ; pas de jaloux).

 

- Voilà, c'est mieux.

 

Troublant, comme un terme qui se veut souvent vulgaire, peut prendre une connotation fortement érotique, quand les yeux qui l'accompagnent brillent et pétillent, quand l'intonation est douce. Sa façon à lui de me supplier ?

 

Je suis une salope ; et lui, il est à ma merci. J'aime, ça.

 

Mes mains massent ses cuisses, par dessus la couette. Elles ne s'attardent pas sur son érection, que j'ai pourtant devinée... Sa queue se soulève et cherche le contact. Mes doigts passent lentement sur le tissu, puis épousent la forme de ce sexe agité qui irradie sa chaleur, jouant avec mes tentations.

 

J'ai en effet très envie de le lécher partout.
Puis de ne pas en perdre une goutte.
Mais mon désir attendra.

 

Il est l'heure de se lever. Un timide soleil pointe le bout... de son nez.


 

Attention. Les noms en "tion" riment avec perte d'audition. 
Frustration, masturbation... ;)
 


Publié dans : Duo de caresses - ~ Découvrir les 7 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Dimanche 20 mars 7 20 /03 /Mars 03:00

 

Et aujourd'hui, pour mettre de la couleur... Certaines des photos, mais en couleurs !


 

dentelle1 couleur

 

dentelle9 couleur          dentelle3 couleur

 

~ ° ~

 

Les nuances de ma peau... Evénement rare chez Ombres & Caresses, mais j'ai trouvé que la luminosité se prêtait bien au jeu.

 

J'ai osé.
Toujours dans l'optique de mieux accepter, de me sentir mieux. Désirable, pour pouvoir désirer ?


Et pour la toute première fois, je suis arrivée à trouver des notes esthétiques à toute partie de mon corps. Peut-être ce point de vue particulier sur mon lit, ces photos à main levée. Pas de retardateur, pas de pied photo, juste moi... mon corps et moi, derrière et devant l'objectif, proches, j'ai envie d'écrire.
Un point de vue plus éloigné physiquement, aurait rendu les clichés plus froids, distants... ou trop crus pour moi, nettement moins sensuels.

 

~ * ~

 

Alors, avez-vous retrouvé les détails de la "bande" annonce, dans les clichés?

 

bande annonce

 

En espérant vous avoir amusés un peu... ;)


 

Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 12 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : Photos érotiques
Samedi 19 mars 6 19 /03 /Mars 01:00

 

Presque entièrement démasquée...

 

 

dentelle7a



  Exposition au soleil, lignes de la nuque et du cou soulignées par quelques mèches de
  cheveux, noeud de satin sur épaule...  Contrastes, encore.

 

  dentelle9


~ * ~

 

 

Certainement le plus érotique et personnel que vous verrez sur ce blog...

 

Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 10 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : Photos érotiques
Vendredi 18 mars 5 18 /03 /Mars 01:00

 

         Courbes...
                   Arrondi des attaches, et lignes croisées.

 

Ombres & Lumières.                         


 

dentelle8

 

~ * ~



Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 14 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos
Jeudi 17 mars 4 17 /03 /Mars 01:00

 

Et de l'autre côté...                         


 

dentelle2           dentelle2a

 

 

                                Liens, rubans, noeuds...
                                                    Pour devenir attachante et délier les langues.           

 

 

Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 8 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : Photos érotiques
Mercredi 16 mars 3 16 /03 /Mars 01:00

 

Monde Vénus, mont de Vénus, mise au point plus osée.
Ne parlons plus de "deux vits nets".


 

dentelle3                dentelle5

 

 

Jeu d'ombres pudiques sur cicatrice ; papillon ou petit noeud, posé sous le nombril...
Deux photos qui se ressemblent, certes. Une préférence pour l'une d'elles ?

 

Demain, nous changeons de point de vue.

 

~ ° ~


 

Publié dans : Frissons - ~ Découvrir les 12 commentaires ~ - ° Esquisser un petit mot (doux) °
Communauté : les blogs persos

Nuit Frissons

  • Femme
  • 40 ans, divorcée. Avec l'envie de découvrir toujours plus. À la recherche d'émotions, de complicité et de douceur. Aime la photo ; s'enrichir au contact des autres ; écrire, aussi, trouver les mots pour révéler les sentiments.
  • photo femme homme jeux tendresse

Tous mes murmures

© http://ombres-et-caresses.erog.fr | 2010-2012 |
| Tous droits réservés |

Protected by Copyscape Web Plagiarism Software

 

qr code1b


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

¤ Liste complète des articles ¤

° Mes mots mis à l'index °

¤ Flux RSS du blog ¤

° Pour me contacter ou me "suivre" °

 

 

Tout a commencé en juillet 2010... L'ombre et les caresses se sont presque imposées. Venues naturellement, avec le désir de confier ces pensées légères, sensuelles, ces souvenirs, doutes ou questions.

 

Quant aux photos, les miennes sont "estampillées" des mots Ombres et Caresses.

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Il y a actuellement  3  personne(s)
sur  OmbreS  &  CaresseS ...

 

dentelle6bav

 

 

 

  Mes Publications 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

entre ses cordes

 

dix sapin

 

florilegeGratuit !


a toute volee 

Notes (in)connues

Douceur émoi :  pensées diverses... & moi.

 Instants désirs :  en solo... Envies, rêves, fantasmes.

Duo de caresses :  en couple.

 Ombres libertines :  voire plus...

Bulles de liberté :  heures légères et autres hommes.  

 Frissons :  photos, auto-portraits. 

En quelques mots :  pensées, émotions, sur le vif. 

Souvenirs, petites choses :  souvenirs, bonheurs.

Murmures & plumes :  récits et lectures.

 

Protected by Copyscape Web Plagiarism Software


 

 

chaine2

 

 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Suivez-moi sur Hellocoton

   

  pinterest kaskades

 

Follow on Bloglovin

 

 

 En Cascade... 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 


 

   

 

 Desseins dessinés 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 

      (x)  Mettre le design du blog à jour.
      (x)   Trier les futures photos à mettre ici.
      (  )  Ecrire de "vrais" récits.

      (x)  Dormir tout contre lui.
      (  )  Faire des photos sur le bondage.
      (  )  Faire des photos au chocolat...
      (x)  Lire tous ces livres pour adultes. ;)
      (x)  Finir "Des désirs et des Hommes".
      (  )  Terminer l'article sur la domination.
      (x)  Faire des photos ombres & bougies.
      (x)  Tenter la cire... à deux. 
      (  )  M'occuper de moi, encore.
      (x)  Tester une séance de shiatsu.
      (x)  Faire l'amour !
 
                                                                 
 To do list


 

av bw011

Quel jour ?

Novembre 2017
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      
<< < > >>

Doux Nuage

 
~ Ombres & Caresses ~  

 

Dévoiler Caresses Doucement Attirance Souffle Ombres Partager Goûter Désirs Homme Frôler Passion  Bander Lumière Murmures  Parfum Ventre Chaud  Prendre Aimer Rêver Mains Embrasser Hésitations Crépuscule Envies... 
J'aime ces mots.

 

 

liv biblio sosmall~ Pour rester en contact ~

 


  Un peu de moi... mes
 caresses, mes ombres
 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

J'aime... ma fille, les chats et leurs ronronnements, le chocolat, la sensualité, la lingerie, m'habiller en noir, l'animalité, les fellations :p être attachée, les morsures amoureuses, la complicité, les caresses, les massages... la photo, la musique qui me fait pleurer, la musique dans ma bulle, écouter jouer mon musicien, regarder un bon film... les bougies (pas que pour la cire) et les luminosités douces, la Bretagne, les Alpes, les cascades, les ruisseaux, la mer et l'Océan, le bruit des vagues... les mains masculines, respirer au creux du cou d'un homme, dormir contre mon amant, embrasser sa peau... l'innocence des bébés, les sourires, les freesias, les flocons de neige et le silence feutré qui va avec... le parfum de l'air après la pluie, l'odeur du café au lait et du pain grillé... les fraises.

Je n'aime pas... le mépris, la violence, l'égoïsme, l'ingratitude, l'irresponsabilité, le manque de maturité, la mauvaise foi, la vulgarité... les dentistes, les serpents, le foie de veau, les parapluies, les cheveux électriques, le bordel, les mimes, les clowns... me lever tôt, qu'on juge ma timidité, les chiens qui ne se lassent jamais d'aboyer... vivre dans l'ignorance.

 


 

ll
 visiteurs uniques depuis les premiers chuchotements..  





Protected by Copyscape Web Plagiarism Software

 


Libido Connexion, L'annuaire érotique - Femmes

 

Les Amateurs, le réseau de tous les amateurs


 

 

Suivez-moi sur Hellocoton

 

  

  

 

Sensations Plumes... 

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

 

"Le désir est une vertu déshabillée."
 Eugène Beaumont.

 

"Le diable n'est pas autre chose que l'incarnation des pulsions anales érotiques refoulées."

 Sigmund Freud.

 

"L'érotisme, c'est quand on le fait, le porno, c'est quand on le regarde."
 Yvan Audouard.

 

"L'innocence est quelque chose de très érotique."
  Armistead Maupin. 

 

 "Le chocolat est divin, moelleux, sensuel, profond. Noir, somptueux, gratifiant, puissant, dense, crémeux, séducteur, suggestif, riche, excessif, soyeux, doux, luxueux, céleste..." 
 Elaine Sherman.

 

"La voix de la mer parle à l'âme. Le contact de la mer est sensuel, et enlace le corps dans une douce et secrète étreinte."
  Kate Chopin

 

 

twit  

Curieuse !

                         

En musique...

A la recherche de...

Tourner les pages

liv biblio small

... et lire

Bibliotheque



   

 

qr code2

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés